Maltraitance envers les personnes âgées


La maltraitance envers les personnes aînées peut exister dans tous les milieux, mais elle est souvent peu reconnue, peu dénoncée ou gardée sous silence. Elle peut aussi prendre différents visages; par exemple, il peut s’agir de :

  • maltraitance physique,
  • psychologique ou émotionnelle,
  • sexuelle,
  • matérielle ou
  • financière.

Qu’elle soit intentionnelle ou non, la maltraitance a des conséquences réelles qui peuvent parfois être dévastatrices sur la qualité de vie des personnes aînées.


Guide de référence pour contrer la maltraitance envers les personnes âgées

Ce Guide de référence pour contrer la maltraitance envers les personnes âgées constitue un outil de travail incontournable pour les intervenants des différentes disciplines oeuvrant auprès des personnes aînées. Il vise à faciliter leurs interventions en matière de prévention et de prise en charge des cas d’abus ou de violence, et ce, au bénéfice de tous.

Loi visant à lutter contre la maltraitance

Malgré les mécanismes en place et les actions déjà posées, trop de gestes de maltraitance envers des personnes en situation de vulnérabilité sont encore répertoriés et trop peu sont dénoncés. Les mesures découlant de la Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés et toute autre personne majeure en situation de vulnérabilité viennent donc s’ajouter aux mécanismes existants afin de resserrer davantage les mailles du filet de sécurité.

Quelques définitions

La maltraitance : Il y a maltraitance quand un geste singulier ou répétitif, ou une absence d’action appropriée, intentionnelle ou non, se produit dans une relation où il devrait y avoir de la confiance, et que cela cause du tort ou de la détresse chez une personne aînée.

La maltraitance peut être de 7 types différents : la maltraitance psychologique, la maltraitance physique, la maltraitance sexuelle, la maltraitance financière, la violation des droits, la maltraitance organisationnelle et finalement l’âgisme.

L’âgisme consiste à discriminer en raison de l’âge, par des attitudes hostiles ou négatives, des gestes préjudiciables ou de l’exclusion sociale.

La bientraitance : La bientraitance vise le bien-être, le respect de la dignité, l’épanouissement, l’estime de soi, l’inclusion et la sécurité de la personne. Elle s’exprime par des attentions, des attitudes, des actions et des pratiques respectueuses des valeurs, de la culture, des croyances, du parcours de vie, de la singularité et des droits et libertés de la personne aînée.

Version imprimable 

Mythes ou réalités

Le plus souvent, les actes de maltraitance envers les personnes âgées sont commis par des inconnus. Vrai ou faux?

Faux. Les actes de maltraitance envers les personnes âgées sont, dans la majorité des cas, infligés par des personnes qu’ils connaissent. Un total de 55 % des situations traitées par la Ligne Aide Abus Aînés impliquent un membre de la famille immédiate ou élargie.

Le risque d’être victime de maltraitance varie selon le niveau de revenu de la victime.

En réalité, toutes les personnes peuvent être victimes de maltraitance, peu importe leur statut social et leurs revenus.

Le fait d’avoir un réseau social de qualité, de maintenir une participation sociale au sein de la communauté et d’avoir une bonne connaissance de soi constitue des facteurs de protection.

En effet, ces éléments sont des caractéristiques intrinsèques et extrinsèques parmi plusieurs autres qui tendent à diminuer les risques de maltraitance. À l’opposé, l’isolement social, la dépendance pour les soins de base, la difficulté à s’exprimer et le fait d’être de sexe féminin sont des exemples de facteurs de vulnérabilité.

Version imprimable

Saviez-vous que?

La maltraitance peut prendre deux formes différentes, soit par la violence (en malmenant une personne âgée) ou soit par la négligence (en ne répondant pas à ses besoins).

Les personnes aînées vivant de la maltraitance sont souvent peu enclines à demander de l’aide parce qu’elles vivent de la honte, de la culpabilité ou de l’impuissance, ou encore parce qu’elles sont dépendantes face à la personne maltraitante, banalisent la situation ou sont méfiantes face aux ressources d’aide.

La maltraitance financière et la maltraitance psychologique seraient les deux types de maltraitance les plus fréquents.

Depuis le 30 mai 2017, la Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés et toute autre personne majeure en situation de vulnérabilité est en vigueur. Cette politique vient faciliter la dénonciation des cas de maltraitance et confirmer la possibilité de lever la confidentialité ou le secret professionnel lorsqu’il y a risque sérieux de mort ou de blessures graves. Elle prévoit une protection contre les représailles et une immunité de poursuite.

La ligne Aide Abus Aînés (1-888-489-2287) est une ligne téléphonique provinciale d’écoute et de référence spécialisée en matière de maltraitance envers les personnes âgées.

Version imprimable