Communication aux patientes ayant reçu un implant mammaire dans un de nos centres hospitaliers

Santé Canada a récemment émis une mise à jour indiquant une augmentation du nombre de cas du lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires texturés (LAGC-AIM) signalés chez les Canadiennes.

Selon Santé Canada, le LAGC-AIM n'est pas un cancer des tissus mammaires, mais une forme rare de lymphome non hodgkinien (un cancer touchant le système immunitaire) qui peut apparaître plusieurs mois ou années après la pose d'implants mammaires. Il se caractérise généralement par l'accumulation de liquide (appelé un sérome) entre l'implant et les tissus environnants. Ce cancer demeure très rare. Un cas a été jusqu’ici répertorié au Québec, et la patiente a été traitée avec succès. De plus, en absence de symptômes, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

Les femmes qui auraient des inquiétudes en lien avec cette situation sont invitées à contacter le 811, leur établissement de santé ou encore directement leur chirurgien qui pourra répondre à leurs questionnements. Le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal a également mis en place une ligne téléphonique à la disposition de ses patientes.

Si vous êtes une patiente ayant eu une chirurgie pour un implant mammaire dans un des centres hospitaliers du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal depuis 1995 et que votre situation vous inquiète, veuillez appeler le 514 630-6800 en laissant votre nom, numéro de téléphone où l’on peut vous rejoindre entre 8 h et 16 h, votre numéro d’assurance-maladie et votre numéro de dossier d’hôpital si possible. Une infirmière vous contactera d’ici 48 à 72 heures pour répondre à vos questions.

Par ailleurs, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a demandé aux établissements du réseau de la santé et des services sociaux, incluant le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, de recenser tous les dossiers des patientes ayant reçu des implants mammaires depuis 1995 et d’identifier celles ayant eu précisément une pose d’implants mammaires texturés. Ces patientes seront contactées pour les informer du niveau de risque qui y est associé ainsi que des symptômes ou signes à surveiller (gonflement du sein, douleur ou masse palpable). 

Il est important de rappeler que le risque de développer le LAGC-AIM après la pose d’un implant mammaire est très faible. Aucun suivi médical particulier n’est recommandé en l’absence de symptôme mis à part le suivi régulier pour une femme porteuse d’implants. L’auto-examen des seins demeure une pratique recommandée à toutes les femmes.

Pour plus d’information, cliquez ici.